Réclamations sur Vueling

Réclamations sur Vueling
5 (100%) 7 votes

Depuis une dizaine d’années, la compagnie aérienne espagnole low-cost s’est imposée comme l’un des acteurs majeurs et incontournables du trafic aérien européen. Notamment grâce à une politique tarifaire avantageuse. Pourtant les réclamations clients chez Vueling restent nombreuses.

Mener à son terme la réclamation Vueling

Il est possible, en raison d’un surbooking, de ne pas pouvoir monter dans l’avion, même en possession de son billet. D’autres difficultés opérationnelles peuvent survenir comme le report d’un vol ou purement et simplement son annulation.
Il est donc possible et conseillé de s’adresser au service réclamation de la compagnie Vueling.
Néanmoins, vos échanges peuvent parfois tourner court et n’obtenir qu’une simple proposition relevant du geste commercial symbolique : remise sur un prochain billet ou remboursement partiel. Sachez que vous n’êtes pas obligé d’accepter une telle proposition. La législation européenne offre depuis 2004 un cadre protecteur aux passagers qui subissent les désagréments d’un retard ou d’une annulation de leur vol.

Réclamation Vueling : des droits garantis par un texte européen

Pour prétendre toucher une indemnité auprès du service réclamation de Vueling, il y a néanmoins toute une série de conditions auxquelles il est nécessaire de répondre.
Le premier critère pris en compte par le règlement européen CE 261/2004 est d’ordre géographique. Ce règlement ne peut en effet pas s’appliquer sur d’autres continents. Vous devez donc, pour être protégé par la législation européenne, décoller d’un aéroport situé dans l’Union Européenne, la Suisse, la Norvège ou l’Islande. Votre réclamation Vueling est donc légitime si vous partez ou arrivez de l’une de ses destinations.
La durée du retard est également un élément essentiel, le vol doit en effet avoir au minimum 3 heures de retard pour prétendre à une indemnisation Vueling.
Dans le cas d’une annulation suivie d’un réacheminement, le délai dépend aussi de la longueur parcourue par votre vol :

  • Pour un vol de moins de 1 500 kilomètres, il faut que le retard soit de deux heures au minimum.
  • Pour un trajet extracommunautaire compris entre 1 500 km et 3 500 km, ou un vol intracommunautaire supérieur à 1 500 km, le retard doit être supérieur à 3 heures
  • Enfin pour un vol extracommunautaire de plus de 3 500 km, il faut compter au minimum 4 heures de retard.

Il sera alors possible, en fonction de la distance du vol, de prétendre à des indemnités fixées par la législation européenne et comprises entre 250 euros et 600 euros.